Cockpit

« Back to Glossary Index

Les cockpits de sim racing sont des châssis accueillant les équipements nécessaires pour simuler le pilotage d’automobiles en connexion avec un logiciel (ordinateur) ou une console. Les dispositifs sont alimentés par des sources électriques domestiques.

Dans cette partie, nous allons aller plus loin que dans notre explication du fonctionnement des cockpits de sim racing, en touchant un mot (en vitesse) sur la gamme des simulateurs de conduite (depuis le montage du siège baquet jusqu’à la configuration des options du poste de simracing).

La sensation de vélocité à tous les sens du terme !

En tant qu’être humain nous avons 5 sens. Il faut donc faire appel à ces sens pour procurer des sensations de pilotage réelles. Cependant, nous n’aborderons pas le sens du goût ! A moins que vous ne souhaitiez goûter au bitume (et dans ce cas, je vous plains – petite blague en passant), il n’a évidemment aucun intérêt !

La vue

Parmi ces 5 sens, celui qui est le plus important et la vue. Les moniteurs et les casques VR sont donc des éléments indispensables.

L’arrivée des moniteurs courbes a permis d’offrir une expérience plus immersive en permettant un champ de vision plus large que les moniteurs plats.

Comme dans une salle de cinéma où il y a des bonnes et des mauvaises places, il y a une position optimale pour conduire. Cette position se trouve directement le long de l’axe central du moniteur. Le point central devant se placer à la hauteur des yeux. Les simracers assis dans n’importe quelle autre position subiront des dégradations de la qualité de l’image, la plus notable étant la distorsion trapézoïdale.

Les fabricants suggèrent que les moniteurs courbes permettent une plus grande portée dans des angles de vision satisfaisants et offrent une distorsion trapézoïdale minimale par rapport aux moniteurs plats.

Les moniteurs courbes sont censés offrir un minimum d’éblouissement par la lumière ambiante. Ce qui améliore grandement le confort du pilotage.

Les casques VR sont des appareils très sophistiqués. Ils offrent un champ de vision de 100 à 120 degrés

Comme vous le savez certainement, la fréquence d’images est très important en sim racing. Plus le taux de trame est élevé, meilleure est l’immersion, donc le but ici est souvent de 60 FPS à 120 FPS et un matériel puissant pour le sauvegarder. En deça, l’immersion est dégradée et des maux de tête en résultent souvent.

Les casques de VR avancés doivent savoir quand vous bougez vos mains et même votre corps, afin de pouvoir déplacer le flux de contenu de la même manière. Les casques sont donc également équipés de capteurs de mouvement sur le casque – et parfois aussi sur du matériel supplémentaire pour cartographier votre espace.

Enfin, l’audio est soit fourni en tant que partie du flux de contenu dans le casque lui-même, soit comme un flux séparé qui utilise un casque à haut-parleur supplémentaire que vous devez porter.

Le toucher

Le toucher est le deuxième sens le plus important en sim racing. Les équipements qui permettent de le solliciter sont :

  • les axes de mouvement du châssis (les fameux DOF) ;
  • les vibreurs de type bass shaker (pour votre siège baquet) ;
  • les retours de force (force feedback ou FFB) du volant ;
  • les ventilateurs (wind fan) pour l’impression de vitesse ;
  • les textures des commandes du poste de pilotage.

Dans le même esprit, nous pourrions aussi mettre les load cell qui contribuent à reproduire les forces dues aux systèmes hydrauliques dans les pédales. Le retour de force vous donne des indications sur l’état d’usure de vos freins.

Tout doit être fait pour donner l’impression que derrière chaque actionneur se trouve une vraie voiture.

Enfin, les textures des volants ou des chaises en alcantara ou en cuir rendent l’expérience plus agréable. Cela est du niveau de la finition mais pour les puristes, ça a son importance !

L’ouïe

La sonorisation est, selon moi, le troisième pilier du sim racing à ne pas négliger. Les sons que vous entendez sont de réelles informations à prendre en compte dans le pilotage :

  • Vos pneus sont-ils en limite d’adhérence ? Les crissements vous donnent cette indication.
  • Le moteur tourne-t-il convenablement ? Entendez-vous des claquements ou des cliquetis ?
  • Etes-vous sur le point d’être dépassé ? Le son du moteur de votre concurrent gronde derrière-vous alors, trop focalisé sur vos trajectoires, vous ne l’aviez pas vu venir !

Vous voyez, les exemples peuvent être nombreux. Le son est très important. Alors pour bien les entendre, un casque est recommandé. Sinon de bons haut parleurs feront l’affaire.

L’odorat

C’est une perception moins importante à traiter en sim racing. Mais, le sujet peut donner des idées amusantes. Après tout, dans la vraie vie, une voiture produit bien des odeurs (huile, essence, gomme des pneus). Ce sont aussi des indications quant à l’état de la voiture sur la piste.

Des solutions, certes timides, émergent notamment du côté des simracers adeptes du DIY. A l’aide de ventilateurs, ils arrivent à dissiper des odeurs de gomme.

Du côté des fabricants, des contraintes réglementaires lourdes s’imposent pour les produits à inhaler. Et comme l’intérêt des simracers pour ce gadget n’est pas déterminant, cela est mis de côté.

Un autre aspect si cher aux puristes est l’odeur du neuf, ou du cuir que l’on ressent dans un véhicule. Il suffit de choisir les bons matériaux pour retrouver cette pointe de nostalgie du bon cuir de votre Ferrari tant aimée.

HUD et moniteurs

Comme nous l’avions évoqué dans le chapitre précédent, l’affichage est le point le plus important. C’est pourquoi, nous allons développer ce point ici.

En sim racing, que faut-il voir ?

  • La piste devant nous et tout ce qu’il se passe autour (sans oublier le bord de la piste et le ciel pour la météo) ;
  • Le tableau de bord (avec ses compteurs, jauges et autres indicateurs indispensables à l’état du véhicule).

Nous pouvons alors dissocier deux façons de représenter ces environnements :

  • Tout ce qui se passe à l’extérieur de l’habitacle est vu sur les écrans ;
  • Tout ce qui se passe à l’intérieur de l’habitacle peut être vu :
    • sur les écrans au travers de HUD ;
    • ou bien déporté sur des afficheurs (ou displays) qui existent réellement. Comme ci on voulait reproduire le tableau de bord.

Néanmoins, avec l’arrivée récente de la VR (réalité virtuelle), les afficheurs déportés n’ont plus aucune utilité. En effet, votre vue est enfermée dans un casque intégral. Vous êtes totalement immergé dans une vue virtuelle.

Alors que le combo moniteur + display mixe fiction et réalité palpable (que vous pouvez toucher comme un vrai tableau de bord). Autrement dit, vous pouvez voir virtuellement ce qu’il se passe à l’extérieur mais vous touchez les éléments à l’intérieur de l’habitacle.

Réglages des simulateurs

Comme dit précédemment, les cockpits sont les éléments centraux des simulateurs de sim racing. Ils font le lien entre vous, ce que vous voyez et les commandes que vous manoeuvrez.

Après, il va falloir régler tous les équipements les uns après les autres. Il s’agit de doser les effets de chaque élément pour obtenir des sensations suffisamment dosées et qualibrées.

Le but n’est ni de vous envoyer en l’air (passez moi l’expression) ni de conduire la voiture de mémé !

C’est justement les puristes qui sont les plus au fait de cela. Parfois, les fabricants ne leur donnant pas satisfaction, ces derniers vont jusqu’à créer leur propre simulateur pour des effets garantis sur le circuit !

Fabriquer c’est un jeu d’enfant pour des jeux d’adultes. Encore faut-il avoir du temps pour faire sa propre installation (sans compter les phases de choix de la gamme d’accessoires et les étapes de fixation).

Exemples d’équipements pour cockpits avec Thrustmaster

Nous avons choisi ce fabricant pour vous donner des exemples concrets. Tous les simracers qui se respectent veulent se donner du plaisir. C’est pourquoi il est crucial de vouloir améliorer son poste de pilotage (et tout ce qui va avec, comme l’écran, le volant, etc.).

Tips du jour

Pour approfondir un peu plus la réflexion, pensez à vous demander quel jeu de simulation de conduite choisir ou comment réaliser la fixation et le montage des accessoires sur le châssis (pédalier, écran, PC, etc). Ou bien encore, quelle place faut-avoir pour installer tout cela pour profiter au maximum.

Rien n’est plus plaisant que de designer ses propres cockpits de sim racing pour ses jeux de simulation de conduite favoris. La course prend une toute autre saveur dans votre cockpit et votre simulateur « fait maison ».

A ce titre, consultez nos modèles DIY de cockptis de sim racing pour aller plus vite dans la mise en place du pédalier, du volant, du PC, etc. dans votre cockpit de course. Le simracing doit rimer avec plaisir du jeu et pas prise de tête !

« Revenir à l'index du glossaire
error: