Un châssis de simracing DIY : est-ce si long à faire ?

Ca y est ! Vous vous êtes décidé à faire votre propre châssis de simracing. Après la question financière vient celle concernant le temps à consacré. Le bricolage ne devrait pas être un frein à votre imagination. Le but étant de passer le moins de temps possible pour obtenir la meilleure sensation de pilotage pour la F1, le NASCAR, le rally, etc.

Introduction à la plannification

Le premier paramètre qui déterminera le temps que vous allez mettre pour réaliser votre plateforme est le niveau de complexité que vous vous imposez.

  • Est-ce plutôt un châssis statique ? Dans ce cas, le délai sera relativement court (comptez 30 heures).
  • Est-ce plutôt un châssis dynamique ? Alors, vous pouvez doubler ou tripler (jusqu’à 100 heures).

Si vous avez du mal à faire la différence entre ces types de simulation de conduite, consultez notre chapitre qui vous explique les différents types de cockpits de sim racing. Toute gamme est abordée : aussi bien à la F1, au rally, au NASCAR, etc. Jeux sur PC ou console.

Attention : ces chiffres prennent en compte le fait que vous avez tous les matériaux à votre disposition, les compétences techniques ainsi que les outils adéquates.

Il suffit qu’il vous manque du savoir-faire, des matériaux à aller chercher ou des outils pour que la durée de réalisation augmente rapidement.

Pour bien plannifier dans le temps son projet, vous devez séparer les différentes étapes de la façon suivante :

  • Temps pour la conception (environ 20% de la durée totale du projet),
  • Temps pour la réalisation (environ 50% de la durée totale du projet),
  • Temps pour les tests (environ 30% de la durée totale du projet).

Servez-vous des outils de plannification comme le diagramme de Gantt.

Temps de conception selon le type de plateforme

Prendre le temps de concevoir est primordial car si vous vous trompez dès le début, vous allez le payer jusqu’à la fin !

La grande première question est la suivante : Allez-vous dessiner les plans vous-même ou allez-vous prendre ceux d’un concepteur ?

Si vous dessinez vous-même, cela sous-entend que vous allez devoir dimensionner le châssis, choisir les matériaux. Mais il vous incombera aussi de prendre les bons actionneurs. Sans oublier la définition des méthodes de fabrication avec les contraintes mécaniques que cela sous-entend…

Pour la partie électronique et l’alimentation électrique, là encore, il faut avoir de bonnes connaissances. Savez-vous dessiner des schémas électriques ?

Enfin, pour la partie ergonomique, là encore, il faut une certaine expérience …

Bref … Nous imaginons que la grande majorité de ceux qui liront cette page ne sont pas des ingénieurs mécanicien ou électronicien … Et que vous voulez vous épargner de tout cela pour prendre un raccourci.

Ce raccourci consiste à vous occuper uniquement de la partie châssis et de vous fournir en équipements (siège, volant, pédales de frein, etc.) chez Thrustmaster ou Fanatec.

Pour un châssis statique, cela signifie que vous n’auriez qu’à définir vos critères pendant 3 à 6 heures. Cela s’expliquer par le fait que vous n’aurez besoin que de moins de sensation de pilotage que sur un châssis mobile.

Ne passez pas trop de temps sur l’impression 3D des pièces

Vous voilà prêt à réaliser le châssis cependant, vous avez des dimensions spécifiques à respecter.

Comme votre structure est « fait-maison », vous n’avez pas des dimensions atypiques. Vous souhaitez donc réaliser des pièces en 3D suivant vos besoins. C’est très pratique pour des petites pièces en plastique comme des supports, des boîtes, etc.

Maintenant, vous vous demandez commen faire pour aller le plus vite possible… N’hésitez pas et contacter rapidement un artisan, un ami ou une petite PME qui réalisera cela pour vous.

Ne passez pas votre temps à investir et à maîtriser une imprimante 3D pour ce seul projet. Ca n’en vaut pas la peine. Le temps à cette tâche ne devrait donc pas dépasser quelques heures.

Le temps de travail du bois

Si vous voulez réaliser un châssis en bois alors il sera, par nature, destiné à un châssis statique. Le châssis en bois ne peut pas mécaniquement subir les forces du système. Surtout pour des jeux de rally ! Retrouvez notre catalogue de fournitures en bois pour construire des cockpits de sim racing. Néanmoins, ce matériau permet de faire la fixation d’un pédalier.

Phase de test complet

Votre système de cockpit est fini ? Gardez en tête qu’il est temps de tester que tout fonctionne bien. PC, écran, jeu de course… Tout doit être vérifié. Il s’agit de la partie la plus importante avec la phase de fabrication. C’est ici que vous allez devoir prendre le temps de tester tous les composants de votre cockpit sans exception.

Fixer rapidement l’affichage à tête haute (HUD)

C’est une phase qui arrive à la fin. Ell est assez rapide puisqu’il n’est question que d’ergonomie et de câblage.

En moins d’une heure, vous savez où positionner vos HUD. Faites des essais en vous asseyant et retouchez petit à petit les boîtiers. Une fois les positions idéales identifiées, fixez-les une fois pour toute !


Vous avez l’impression que la fabrication de cockpits de jeu de course ne vous intéresse pas ? Consultez notre liste de cockpits de sim racing pour des sensations de conduite proches du réel. Vous retrouverez également du matériel à implanter de chez Thrustmaster ou Fanatec.

Et si vous préférez une gamme de plateforme de simulation rigide, quoi de mieux que des cockpits en aluminium. Vous pourrez même faire la fixation de votre écran et de votre pédalier sur le châssis.