Ce que vous devez savoir maîtriser pour réaliser un cockpit de sim racing DIY

Ce que vous devez savoir maîtriser pour réaliser un cockpit de sim racing DIY

Vous voulez réaliser vos propres modèles de cockpit DIY mais vous ne savez pas quelles techniques maîtriser ? Ce chapitre est fait pour vous. Nous détaillons toutes les compétences techniques qu’il vous faudra apprendre pour mener à bien votre projet.


En complément, n’hésitez pas à découvrir de quoi est équipé une plateforme de sim racing (écran, volant, pédales, etc.). Si vous avez l’impression de patoger dans tout ce jargon de la simulation des jeux de voiture, ceci est fait pour vous.

Pour les néophytes des video games, nous vous avons réserver cette page qui présente ce qu’est un cockpit de simracing au sens large du terme (pc/console, etc. y sont abordés).

Une histoire de passionnés de bagnoles avant tout

Mais qui sont ces personnes capables de faire des miracles avec leurs mains ?

Il est bien connu qu’on ne devient pas bricoleur et amoureux de sports mécaniques par hasard. Car bricoler sous-entend souder, rectifier, poncer, couper, coller, forger, percer… Bref, des dizaines de tâches propres à des domaines comme la mécanique, l’électronique et la menuiserie pour les plus principaux.

Cela tombe parce que nous allons parler de ce profil de passionné dans cette rubrique !

Au plus près de l’évolution des performances

La première des compétences que vous devez avoir, c’est d’être toujours au courant de l’actualité automobile. Surtout du point des avancées technologiques. Déjà, pour votre culture, vous vous démarquerez de la communauté mais c’est surtout pour des raisons d’inspiration et de créativité.

Etre un créateur de cockpit ne s’invente pas. Certes, nous avons toujours un volant, des pédales et un levier de vitesse mais nous avons aussi des instruments électroniques embarqués qui évoluent sans cesse.

Alors, au final, il faut être un peu mécanicien, menuisier, peintre, soudeur, designer, modeleur 3D… Oui, il faut être très polyvalent !

Si vous êtes débutant, nous vous conseillons par concevoir des rigs statiques. Leur structure est techniquement simple. Cela permettra de vous entrainer et de jauger vos compétences.

Puis, quand vous serez plus à l’aise, donnez vous le défi de réaliser des rigs dynamiques à 2 ou 3 DOF. Si vous y arriver, vous serez probablement très fier !

Compétences à maîtriser pour faire un système de conduite sur-mesure

Malgré tout, certains savoir-faires basiques mais indispensables restent à maîtriser absolument. Voici un aperçu des choses que vous devriez savoir réaliser pour fabriquer un cockpit de sim racing DIY.

Le soudage au fer à souder

Le soudage est l’une des compétences les plus fondamentales à acquérir dans le monde de l’électronique. Et, bien qu’il soit possible d’apprendre et de faire de l’électronique sans avoir besoin de prendre un fer à souder, vous découvrirez bientôt qu’un tout nouveau monde s’ouvre avec cette simple compétence.

Un fer à souder peut s’avérer très utile pour les travaux de réalisation de cockpit de sim racing. Mais à quoi servent-ils ? Les fers à souder utilisent un matériau appelé « soudure », qui est une mince pièce de métal qui, une fois sous la chaleur, fond et lie les pièces ensemble une fois qu’elle a refroidi. La soudure se présente généralement sous la forme d’un tube enveloppé dans une bobine, et est généralement utilisée pour relier des fils électriques. Pour souder des pièces ensemble, vous devez utiliser un outil spécial, appelé un fer à souder.

Bien que ces outils soient faciles à utiliser, il en existe différents types. Tout d’abord, il est important de comprendre qu’il y a différentes caractéristiques à prendre en compte lorsqu’il s’agit de décider quel type de fer à souder est le mieux adapté à vos besoins. Ces attributs comprennent la puissance, le contrôle de la température ainsi que la taille et la forme des éléments à souder.

Voyons ensemble les trois différents types de fers à souder ci-dessous.

Le crayon à souder

Probablement le type de fer à souder le plus simple, et c’est certainement le moins cher. Ces crayons sont plus petits et plus minces que les autres fers, et ils ont une pointe fine avec un bout de fer. Cela les rend bons pour des travaux de soudure plus délicats et plus détaillés.

Une chose importante à garder à l’esprit avec cet outil particulier est que la plupart des variations de ces crayons n’offrent pas beaucoup de contrôle de la température à la pointe, ce qui rend difficile l’exécution de travaux de soudure fine. Lorsqu’une chaleur trop importante est appliquée au matériau de soudure, les composants peuvent commencer à se décoller ou s’endommager. Ce type de fer est un excellent choix pour les projets qui traitent de petits appareils électroniques nécessitant des joints à connecter.

Le fer à souder ordinaire

Plus polyvalent qu’un crayon à souder. C’est un outil à main composé d’une mèche de cuivre pointue à une extrémité et rivetée à une tige d’acier, fixée à un manche en bois ou en plastique. L’élément chauffant de ce type de fer peut varier entre une flamme de gaz, un chalumeau ou une lampe à souder, un feu de coke ou un élément électrique, selon le modèle que vous utilisez.

Ces types de fers utilisent un procédé appelé « étamage » pour amorcer les fils qui seront soudés ensemble Il s’agit d’enduire les fils ou les connecteurs de soudure afin qu’ils puissent facilement être fondus ensemble à l’étape suivante.

L’avantage d’un grand fer à souder est qu’il retient la chaleur plus longtemps qu’un petit, mais il est aussi plus cher. Avant d’acheter un fer à souder, pensez à la durée pendant laquelle vous l’utiliserez pour divers projets. Un des grands avantages de ce type de fer est que son extrémité en cuivre, appelée mèche à souder, est disponible dans une myriade de formes et de tailles, interchangeables en fonction du projet que vous réalisez. Cela rend l’outil plus polyvalent dans l’ensemble et vous aide à souder avec facilité.

Le fer à souder électrique

Une variante différente mais très pratique. Il convient pour les travaux répétitifs ou pour être utilisés dans un atelier qui soude fréquemment. Alors qu’à une certaine époque, ces fers avaient un mors permanent et n’offraient pas beaucoup de polyvalence, les nouvelles versions ont changé cela, permettant des mors remplaçables de formes et de tailles variées qui peuvent être utilisés à différents niveaux de tension. Ce type de fer maintient une température d’environ 330 °C – donc il apporte vraiment la chaleur !

Une variante de ce fer est appelée pistolet à souder, qui a une poignée pistolet et ressemble à une perceuse électrique. Ce pistolet est contrôlé par l’utilisateur qui appuie sur une gâchette, qui libère un flux constant de soudure à travers une mèche de cuivre creuse à la pointe. C’est un outil très facile à contrôler, ce qui le rend idéal pour un soudage fin et précis.

La menuiserie – Les bases

La maîtrise des techniques de menuiserie peut grandement améliorer vos capacités à faire de beaux cockpits en variant les matériaux utilisés. Non seulement ces compétences amélioreront votre niveau d’expertise, mais elles peuvent également être utiles dans un large éventail de projets futurs. De la prise de mesures à la découpe de pièces de bois, voici les meilleures compétences en menuiserie que tout créateur de cockpit de sim racing devrait avoir à son actif.

Savoir couper et poncer

La première étape pour devenir un bon menuisier est de comprendre comment travailler le bois et dans quel sens le couper et le poncer. Le bois est composé de longues structures ressemblant à de la paille, appelées grain. Le grain apparaît sous forme de rainures dans la planche et se présente sous diverses formes. Il est toujours recommandé de couper et de poncer dans le sens du grain, car cela rendra vos coupes beaucoup plus douces et aidera à prévenir les déchirures indésirables dans la planche.

Prendre les bonnes mesures

Vous n’obtiendrez jamais un résultat satisfaisant sans comprendre les bases de la prise de mesures. Que vous utilisiez un ruban à mesurer rétractable traditionnel ou une équerre métallique, essayez d’utiliser le même outil de mesure pendant un projet donné. Les appareils de mesure ne sont pas égaux, donc le fait d’en utiliser un seul aidera à compenser les légères différences entre chaque outil. La plus grande règle, bien sûr, est de toujours mesurer deux fois et de ne couper qu’une fois.

Savoir faire les bons marquages

Prendre des mesures n’est que la moitié de la tâche. Lorsqu’ils mesurent, la plupart des gens marquent leur bois d’un trait droit. Une meilleure méthode consiste à créer une forme en V sur la surface de la planche, où la pointe du V est l’endroit exact où vous devez couper. Cela améliorera la précision de la coupe. Lorsque vous coupez la planche, vous devez également tenir compte de la largeur de la lame de scie. Cette largeur déterminera de quel côté du trait vous ferez la coupe.

Couper droit !

Il est essentiel de faire une coupe droite pour s’assurer que le produit final est d’équerre. Si vous utilisez un outil électrique, assurez-vous que la lame est bien à l’équerre par rapport à la surface de coupe et qu’elle est bien serrée avant de couper. Une équerre peut également aider à assurer que la coupe est droite et utiliser des butées d’arrêt lorsque vous effectuez des coupes multiples de la même longueur. Les blocs vous éviteront d’avoir à remesurer après chaque coupe. Vous devez également vous assurer que la pièce de bois est bien serrée si vous utilisez une scie à main ou une scie circulaire, car cela réduira les risques de blessures.

Maîtriser les types de coupe

La connaissance des différents types de coupes vous permettra d’élargir la portée de vos projets et vous donnera une plus grande polyvalence. Il existe de nombreux types de coupes en menuiserie, mais les deux principales sont les coupes transversales et les coupes de refend. Les coupes transversales sont perpendiculaires au grain du bois, tandis que les coupes longitudinales sont dans le sens du grain. Vous pouvez effectuer ces coupes avec une scie à main ou opter pour un outil électrique, tel qu’une scie circulaire.

Bien percer

Les perceuses sont un outil important dans le monde de la menuiserie. Que vous utilisiez une perceuse à main ou une perceuse électrique, ces appareils peuvent percer des trous précis à des profondeurs précises ou fixer deux pièces de bois ensemble à l’aide d’attaches. Qu’il s’agisse de vis à trou de poche ou de mèches à fraiser, la maîtrise de la perceuse vous permettra d’améliorer considérablement vos compétences en menuiserie et vous donnera plus d’options lorsqu’il s’agira de menuiserie.

Marteler efficacement et proprement

Comprendre comment marteler correctement un clou est l’une des compétences de menuiserie les plus traditionnelles que vous devriez maîtriser. Vous devez marteler le clou aussi droit que possible et vous devrez peut-être utiliser un trou pilote si le clou passe dans un nœud dans le bois. Vous avez officiellement maîtrisé l’art du martelage lorsque vous avez mis un clou en place avec deux ou trois coups de marteau.

Les imprimantes 3D

Les médias, en particulier et le marketing grand public, considère qu’il s’agit d’une technologie magique du futur capable de reproduire des objets complexes. En réalité, il existe de nombreuses technologies différentes, mais la FDM (modélisation par dépôt fondu) est la plus répandue.

La modélisation par dépôt fondu (FDM) est une technologie qui permet d’imprimer des pièces à l’aide d’un filament thermoplastique, qui est essentiellement un cordon de matériau pouvant être fondu, déposé de manière sélective et refroidi. Les pièces sont construites en ajoutant des couches les unes sur les autres.

La FDM a été créée parce que ses créateurs voulaient trouver un moyen de prototyper rapidement des pièces. Aujourd’hui encore, la production rapide de prototypes est l’un des plus grands avantages du FDM. Néanmoins,cela devient aussi lentement une solution de fabrication puissante.

Si vous avez déjà fait des recherches sur le FDM, vous avez peut-être remarqué que certaines sources utilisent le terme « FFF », qui signifie « Fabrication de Filaments Fondus », au lieu de FDM pour désigner cette technologie. Eh bien, c’est parce que FDM est un terme déposé à l’origine par Stratasys, et l’autre abréviation est plus générale. Souvenez-vous, c’est la même technologie, seuls les noms sont différents.

La modélisation 3D

La modélisation 3D est très utile pour concevoir vos modèles DIY de cockpit. Tout le monde possède un ordinateur à la maison et les logiciels sont de plus en plus accessibles. Alors pourquoi s’en priver ?

Pour se lancer dans la modélisation 3D, il faut avoir une passion pour l’ordinateur : c’est sans aucun doute. Si tel n’est pas le cas, faites vos plans sur papier, à l’ancienne. Ca marchera toujours.

Vous passerez beaucoup de temps à travailler sur le numérique et si vous n’aimez pas travailler sur ordinateur, la modélisation 3D n’est probablement pas votre truc. Par contre, si vous aimez vraiment l’ordinateur, alors la modélisation 3D est ce qu’il vous faut.

Une chose qui n’est pas essentielle mais qui vous sera absolument bénéfique est un bon sens de la représentation spatiale. Si vous faites partie de ces personnes qui peuvent visualiser un volant en fermant les yeux, alors la modélisation 3D sera probablement un bon choix pour vous.

Cela dépend bien sûr de votre degré de modélisation, mais une partie de la modélisation se fera strictement à partir de plans numériques ou papier existants.

La prochaine étape serait certainement le logiciel. La plupart des ordinateurs ne sont pas équipés des logiciels nécessaires à la modélisation 3D. Cependant, le logiciel commence à avoir de moins en moins d’importance par rapport à ce que vous choisissez, il dépend beaucoup plus des ressources et des préférences personnelles de chacun.

A ce stade, tous les principaux logiciels sont si proches d’être au même niveau que cela n’a pas vraiment d’importance. Peu importe que vous choisissiez Blender, 3ds Max ou Maya ; tous ces outils sont très capables de vous permettre de faire des choses que vous n’auriez jamais pu faire auparavant.

En gardant à l’esprit combien les logiciels 3D sont devenus similaires, Blender est un très bon choix, surtout pour les nouveaux utilisateurs.

Une des raisons principales est qu’il n’y a pas de barrière à l’entrée. Blender peut fonctionner sur n’importe quelle machine. Si vous avez seulement accès à un ordinateur qui a quelques années maintenant, il fonctionnera toujours. Vous pouvez emmener Blender avec vous partout où vous allez sans avoir besoin de dongles d’accès, de clés de licence, ou quoi que ce soit d’autre du genre.

Et bien sûr, il est complètement open-source, donc le logiciel est libre et il n’y a aucune restriction d’utilisation sur tout ce que vous créez.

La peinture sur les pièces en aluminium

Voici une méthode pour vous aider à peindre sur vos profilés de sim racing en aluminium.

Nettoyer à fond l’aluminium

Trouvez une zone bien ventilée et déposez des toiles de protection pour protéger les surfaces environnantes des éclaboussures de peinture. Ensuite, nettoyez soigneusement votre pièce en aluminium avant de commencer.

Mélangez quelques giclées de nettoyant dégraissant (soit un produit spécialisé du magasin de rénovation ou un détergent à vaisselle pour couper la graisse) avec de l’eau chaude dans un grand seau, puis trempez un chiffon dans la mousse pour essuyer la poussière et la saleté. Si l’objet en aluminium est couvert de rouille ou d’une couche de peinture écaillée, vous devrez également le frotter doucement avec une brosse métallique pour enlever cette couche – l’un ou l’autre peut empêcher une couche de peinture fraîche d’adhérer complètement.

Poncez la surface métallique en deux étapes

Ensuite, vous devrez poncer la surface de l’aluminium pour aider votre peinture à mieux adhérer. Mettez des gants de protection, des lunettes de protection et un masque anti-poussière pour vous protéger contre l’exposition aux particules de poussière métallique. Ensuite, à l’aide d’un bloc de ponçage ou d’un papier abrasif, poncez tous les côtés, les coins et les fissures de l’objet.

Si vous travaillez sur une surface plus grande et plus plate, comme un plateau de table d’extérieur, vous constaterez peut-être que la tâche va plus vite avec une ponceuse électrique. Quel que soit l’outil que vous choisissez, commencez par un papier à gros grain de 80 à 100 grains avant de poncer la surface une deuxième fois avec un grain plus fin (400 grains ou plus).

Lavez à nouveau la pièce à l’eau chaude et avec un nettoyant dégraissant pour enlever la poussière du ponçage ; séchez complètement.

Appliquer un apprêt auto-mordançant, puis poncer de nouveau

Lors de la préparation de l’aluminium pour la peinture, il est important d’utiliser un apprêt auto-mordançant. Sa formulation spéciale contient des produits chimiques qui microgravent la surface de l’aluminium pour obtenir la meilleure adhérence possible. Heureusement, il est facile à appliquer : Achetez un apprêt auto-mordançant sous forme de peinture en aérosol dans un magasin de rénovation ou un atelier spécialisé en automobile. Vaporisez l’apprêt en couches minces, selon les directives du fabricant.

Attendre le temps de séchage recommandé qui est indiqué sur l’emballage de l’apprêt. Ensuite, poncez de nouveau légèrement la pièce avec du papier de verre de 400 grains et essuyez la poussière résultante à l’aide d’un chiffon.

Appliquez la peinture

Choisissez une peinture acrylique ou au latex formulée pour le métal. Évitez les peintures très brillantes ; elles ne sont pas idéales pour peindre l’aluminium, car elles font ressortir les imperfections comme les bosses et les égratignures que l’on trouve souvent dans le métal léger. Choisissez plutôt une peinture au fini mat ou satiné.

Basez votre choix d’application – au pistolet ou au pinceau – sur la surface à peindre et sur votre préférence personnelle, et assurez-vous de suivre les directives du fabricant de peinture en ce qui concerne le nombre de couches recommandées. Un ponçage entre les couches peut être nécessaire.

Appliquez le scellant

Une fois que la peinture a bien séché, appliquez au moins deux couches de scellant pour émail. Cette couche d’émail aidera à protéger l’aluminium peint contre l’écaillage, les égratignures ou la décoloration au fil des années d’utilisation. Suivez les recommandations du fabricant sur les temps de durcissement avant de poser quoi que ce soit ou de recommencer à utiliser votre article en aluminium nouvellement peint.

Les circuits électroniques

Voici les compétences les plus courantes et les plus précieuses que les concepteurs de circuits électroniques doivent maîtriser :

Effectuer l’analyse des circuits

De la conception de simples circuits de résistance à l’analyse de la réponse en fréquence de réseaux complexes, les concepteurs devront savoir écrire et résoudre les équations de l’analyse des nœuds et des boucles pour comprendre le fonctionnement des composants. Les programmes peuvent aider à faire les calculs au besoin, mais il faudra quand même savoir comment mettre en place l’analyse.

Comprendre les filtres analogiques

Bien que la conception de filtres analogiques actifs ne soit pas nécessaire dans tous les développements, la compréhension de l’effet que les composants ont sur les signaux analogiques est encore une compétence importante à avoir. La capacité, l’inductance et l’impédance des composants peuvent modifier même les signaux numériques d’une manière qui, si elle n’est pas comprise et compensée, peut entraîner la défaillance des systèmes.

Savoir concevoir des boucles de rétroaction

Le volant, les pédales et toutes les autres commandes d’un cockpit de sim racing fonctionnent avec des boucles de contrôle à rétroaction pour leur bon fonctionnement. Les concepteurs doivent savoir comment fonctionnent les boucles de contrôle, comment déterminer leur efficacité et comment s’assurer qu’elles sont stables dans leur comportement.

Gérer la chaleur des composants chauds

La dissipation de puissance des processeurs augmente, tout comme la densité des composants dans les petits espaces, de sorte que la surchauffe des composants devient une préoccupation. Les concepteurs devront garder les équipements le plus frais possible.

Consignes de sécurité pour vous maintenir en vie

Bon… d’accord, le titre est osé mais savez combien d’accidents domestiques sont subis en France chaque année ? Près de 20000 chaque année.

Maintenant que vous avez appris à connaître les différents types de fers à souder qui existent, il est important de se rappeler la devise « la sécurité d’abord » lorsque vous utilisez ces outils :

  • Il faut toujours porter des lunettes de protection ou des lunettes de vue pour utiliser les fers à souder.
  • Ne soudez jamais un circuit sous tension et ne placez jamais un fer à souder chaud sur votre surface, car il y a risque d’incendie.
  • Enfin, n’utilisez jamais le fer avec des objets inflammables à portée de main, et débranchez toujours le fer immédiatement après l’avoir utilisé.

Pour les autres opérations, équipez-vous toujours de protections appropriées telles que :

  • un casque anti-bruit quand vous faites du perçage ou que vous utilisez tout autre outil à moteur rotatif ;
  • des gants et des lunettes (presque toujours) ;
  • des chaussures de sécurité quand vous manoeuvrez des pièces lourdes.

Tips du jour

Vous ne savez pas quoi choisir ? Voici des idées de cockpits de simracing pour votre jeu de voitures en ligne préféré.

Quel simulatieur de voiture . Voici une panoplie des idées les plus intéressantes pour upgrader son cockpit de simracing. Un jeu d’enfant. Ces exemples montrent qu’avec un peu de travail et de persévérance, on peut arriver à faire de bons jeux de simulation de voitures.

Vous avez fini votre travail de construction de votre rig ? Maintenant, il faut tester votre cockpit DIY pour vérifier que vous obtenez bien le résultat escompté. Prenez place dans une course en ligne derrière votre écran.

Et si vous souhaitez revendre votre cockpit de simracing sur le marché de l’occasion depuis votre PC, donnez la meilleure impression possible aux autres fans de course. En fonction des images de l’annonce, vous obtiendrez un certain succès.